Le goût de la joie par Pauline VALADE

Le goût de la joie par Pauline VALADE PDF

Le goût de la joie

La présentation Le goût de la joie par Pauline VALADE est l’une des nouveautés les plus importantes du 03/12/2021. Ce livre publié par l’éditeur Champ Vallon a été bien accueilli par les amateurs de ce genre littéraire.

Note des Lecteurs: 9.00 points.

Données de publication:

  • Auteur: Pauline VALADE
  • Éditorial: Champ Vallon
  • Date de publication: 03/12/2021
  • Catégorie:

Synopsis de Le goût de la joie

Le goût de la joie permet d’exhumer les réjouissances collectives du XVIIIesiècle, en plein cœur de Paris, dans une époque où la monarchie tentait decontrôler les émotions publiques. L’aspect politique des célébrations,organisées à l’occasion d’une naissance princière, d’un mariage, d’uneconvalescence, d’une victoire ou d’une paix est donc au cœur du sujet. Ils’agit dès lors d’expliquer comment tout un régime politique chercha àinculquer une norme pour se réjouir dans l’espace public, en faveur de lafamille royale. Pour comprendre ce fait, il faut remonter aux origines de lamonarchie : étant de droit divin, elle n’a nul besoin d’exiger unconsentement. Les réjouissances procèdent alors d’une norme naturelle, selonlaquelle il serait dans l’ordre naturel que la population se réjouissespontanément pour les mêmes objets que le roi. Cette de communionémotionnelle, appelée « conjouissances » que découle un certain « goût » de lajoie publique. Cette culture de la joie publique procédait d’un ensemble denormes, de textes légaux destinés à contenir les manifestations de joie. Ainsiles plus grandes institutions du royaume décrétaient la nécessité de seréjouir, en dictant les gestes à adopter et les normes à ne pas transgresser.Police et municipalité de Paris étaient donc au premier plan pour inculquer cequi devint une véritable culture de l’approbation. Le livre interroge aussiles différents médias destinés à susciter des manifestations de joie, àl’instar des feux d’artifice ou des jets d’argent, autant de supports destinésà nourrir une nouvelle histoire de la communication politique à l’époquemoderne. Le goût de la joie montre comment s’est construit le devoir de seréjouir, dans la banalité des devoirs qui incombaient aux sujets de SaMajesté. Mais Le goût de la joie n’est pourtant pas celui exclusivement desélites qui l’organisent pour la population parisienne. Il est aussi celui desplus humbles, de ce peuple de Paris déjà tant étudié. Loin de se limiter à desactes d’obéissance, leurs manifestations de joie procédaient d’une réellefaculté de jugement. Si obéir aux normes et venir s’amuser était ordinaire,les Parisiens savaient composer avec les gestes de la joie publique,fabriquant ainsi leur propre discours à l’égard de la Couronne. À l’épreuve dusilence ou plus rarement de l’absence, les manifestations de joie étaientd’autant plus identifiées comme une émotion sociale attendue, qu’ellesprenaient la forme d’un jugement tacite, prompt à désavouer les élitespolitiques. Les acclamations ambiguës, l’usage des pétards interditscontribuaient à fabriquer des critiques à peine voilées. Cet entre-deux, entreapprobation et désapprobation, se manifesta de plus en plus dans les combatspolitiques des années 1770-1780. Si la volonté d’être uni autour du souverainpersistait, la légitimité politique des « conjouissances » était plus quejamais questionnée dès les événements de 1789. Ces derniers initièrent une desgrandes transformations de la joie publique, à savoir l’évolution de la joiedécrétée par la royauté vers une joie citoyenne décrétée par les nouvellesinstitutions. Nous passons ainsi d’un devoir à un droit de se réjouir,indépendamment des ambitions du pouvoir monarchique. Le goût de la joie estdonc un livre qui fait de l’histoire des réjouissances monarchiques un moyende comprendre les mécanismes du consentement et de l’approbation, du droit dese réjouir avant même que n’apparaisse l’idée nouvelle du droit d’expression.Pauline Valade est agrégée et docteure en Histoire moderne. Sa thèse Le goûtde la joie. Réjouissances monarchiques et joie publique à Paris au XVIIIesiècle est publiée chez Champ Vallon en 2021. Elle a dirigé le numéro 54 de larevue Histoire urbaine, « Sens et Émotions dans la ville : des critèresd’urbanité ? (XVIe-XXe siècles) » paru en avril 2019. Elle est l’auteur deplusieurs contributions et articles dont « Parlement et réjouissancesmonarchiques à Paris au XVIIIe siècle : mécanique et intérêt d’une joiedécrétée », Parlement[s], n°32, 2020, p. 163-181 ; « La couleur desréjouissances monarchiques (Paris, XVIIIe siècle) », Dix-Huitième siècle, n°51, 2019, p. 31-48 ; « Le spectacle contrarié. Mise en scène, performances etréception du spectacle de la joie publique à Paris au XVIIIe siècle », n° 49,2017, p. 219-231 ; « Public celebrations and public joy at the beginning ofthe French Revolution (1788-1791) », French History, Oxford University Press,vol. 29-2, juin 2015, p. 182-203. Par ailleurs, ses travaux se sont intégrésdans de nombreux colloques organisés en Europe ou au Canada dont les plusrécents sont « L’émotion comme interaction : l’exemple de la joie publiquecomme langage entre le roi et ses sujets (Paris, XVIIIe siècle) », dans PascalBastien, Benjamin Deruelle et Lyse Roy (dir.), Émotions en bataille XVIe-XVIIIe siècle. Sentiments, sensibilités et communautés d’émotions de lapremière modernité, Paris, Hermann, à paraître (2020) ; « Se promener pour seréjouir ? Caractéristiques et usages sociaux de la promenade urbaine lors desréjouissances monarchiques à Paris au XVIIIe siècle », dans Sophie Lefay(dir.), Se promener au XVIIIe siècle. Rituels et sociabilités, ClassiquesGarnier, 2019, p. 89-105 ; « « Vous devez en suivant votre zèle, donner aupublic cette marque de votre joie ». Pour une lecture des réjouissances commeprocessus de civilisation du peuple parisien au XVIIIe siècle », dans JoséMaria Imizcoz, Massimo Garcia et Javier Esteban Ochoa de Eribe (dir.),Procesos de civilización, culturas de elites, culturas populares, une historiade contrastes y tensiones, Université du Pays Basque, 14-15 décembre 2015,publié en 2019 par l’Université du Pays Basque, p. 213-236 ou encore « Unregard sur la Pologne : les réjouissances à Dresde et Varsovie pour le mariageroyal de 1747, un exemple de joie populaire au service de la diplomatiefranco-polonaise», dans Jaroslaw Dumanowski, Michel Figeac et Daniel Tollet(dir.), France-Pologne. Contacts, échanges culturels, représentations (finXVIe- fin XIXe siècles), Paris, Honoré Champion, 2016, p. 94-113.

Informations sur Le goût de la joie:

  • Formats Disponibles: PDF, ePub, Mobi, DRM Adobe y MP3.
  • Quantité de Téléchargements: 212 fois.
  • Taille du Fichier: 573 Kb.
Recherches liées à Le goût de la joie de Pauline VALADE

Lire maintenant Le goût de la joie, Le goût de la joie PDF, Le goût de la joie ePub, Le goût de la joie Mobi, Le goût de la joie AZW3, Le goût de la joie IBA, Le goût de la joie LRS, Le goût de la joie FB2, Le goût de la joie DJVU, Le goût de la joie LIT, Le goût de la joie RFT, Telecharger Le goût de la joie pdf gratuit, Livre gratuit à télécharger.